Paroisse Sainte-Rose de Lima
http://rosedelima.org/Homelie-du-deuxieme-dimanche
      Homélie du deuxième dimanche ordinaire (A)

Homélie du deuxième dimanche ordinaire (A)


Dans le passage de l’évangile que nous venons d’entendre Jésus bénéficie d’un double témoignage, témoignage d’un homme et témoignage de Dieu. Jean témoigne de Jésus qu’il désigne en disant « voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ». Il témoigne que Jésus est le Fils de Dieu.

Mais Jean ne peut témoigner que parce Dieu s’est manifesté. Il y a témoignage de Jean parce qu’il y a témoignage de Dieu. Dans l’évangile selon Saint Matthieu, Jésus dit : « personne ne connait le Fils si ce n’est le Père, et personne ne connait le Père si ce n’est le Fils et ceux à qui le Fils veut le révéler » (Mt 11,27). Connaître Dieu ne peut être le seul fruit d’un raisonnement intellectuel. Pour connaître Dieu, il faut accueillir sa révélation.

D’où l’importance d’être à l’écoute de Dieu. Or, il faut bien le reconnaitre, nous avons plutôt l’habitude d’inverser les rôles : nous voulons que Dieu nous écoute, exauce nos vœux et nos souhaits… Jésus, lui, nous apprend à être à l’écoute de Dieu.
Mais, revenons à notre évangile. Jean déclare qu’il a vu l’Esprit Saint descendre du ciel comme une colombe. Nous nous sommes tellement familiarisés avec cet évènement que nous en avons perdu toute la symbolique.

Il y a d’abord la référence à la création. Dans Genèse 1,1-2 il est écrit : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient en-dessous de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux ». L’Esprit Saint est le souffle de Dieu. Donc quand Jean-Baptiste voit l’Esprit Saint descendre sur Jésus alors que celui-ci remonte des eaux du Jourdain, il y a une allusion au commencement du monde. Dans le baptême de Jésus nous sommes invités à voir un commencement à l’échelle cosmique. C’est une nouvelle création qui s’accomplit.

Mais il y a plus. L’image de la colombe renvoie aussi au livre de la Genèse et plus singulièrement à l’histoire de Noé et du déluge (Genèse 8). Genèse 8,8-12 : « 08 Noé lâcha aussi la colombe pour voir si les eaux avaient baissé à la surface du sol. 09 La colombe ne trouva pas d’endroit où se poser, et elle revint vers l’arche auprès de lui, parce que les eaux étaient sur toute la surface de la terre ; Noé tendit la main, prit la colombe, et la fit rentrer auprès de lui dans l’arche. 10 Il attendit encore sept jours, et lâcha de nouveau la colombe hors de l’arche. 11 Vers le soir, la colombe revint, et voici qu’il y avait dans son bec un rameau d’olivier tout frais ! Noé comprit ainsi que les eaux avaient baissé sur la terre. 12 Il attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe, qui, cette fois-ci, ne revint plus vers lui ».

Le départ de la colombe est le signe que la terre est de nouveau habitable.
C’est Jésus qui vient rendre notre terre habitable. La colombe qui ne revient plus vers l’arche se pose sur lui, véritable Eden, nouvelle terre promise. Quand il rend la vue aux aveugles, l’ouïe aux sourds, quand il guérit les lépreux, libère les possédés, quand il redresse l’homme, il rend la terre de nouveau habitable. Mais surtout quand il annonce la Bonne Nouvelle, quand il nous dit de nous aimer les uns les autres, de rendre le bien pour le mal, d’être bon avec son prochain, il rend notre terre habitable, parce qu’il vient toucher nos cœurs.

Jésus, tu es l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Tu es l’Agneau sans tache. Ton innocence et ta pureté ont aspiré notre péché. Par l’offrande de ta vie, tu nous redonnes notre beauté première, tu nous baptises dans ton Esprit et tu nous enveloppes dans le feu de sa présence, faisant de nous des fils du grand Roi, prêtres, prophètes et rois.

Seigneur, je sais que j’ai du prix à tes yeux, je sais que tu m’as tant aimé que tu as donné ta vie pour moi. Que te rendrai-je pour tant de grâces ? Je n’ai rien à t’offrir que ma pauvreté, mais me voici devant toi, je viens faire ta volonté. Accepte l’offrande de tous mes frères et fait de nous un peuple saint qui t’appartienne, une lumière pour ceux qui sont encore dans les ténèbres.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

homelie

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Eglise de France

Diocèse de Martinique

Paroisse Sainte-Rose de Lima